A la première auberge

A la première auberge

« A LA PREMIERE AUBERGE » est un cabaret présenté par la troupe ASTOUR. Durée : De 45min à 1h15.

– Le principe du cabaret à la bretonne c’est qu’il s’y passe plein de choses en même temps.
– Non, pas en même temps. On ne va rien y comprendre !

– C’est pas ce que je voulais dire… Il y a des choses qui se suivent et d’autres pas.
– C’est pareil. C’est le soui !

– Tu fais exprès ou quoi ? Je recommence et mets y du tien, un peu. Tiens, d’ailleurs, c’est aussi ça, le cabaret breton, il faut y mettre un peu du tien si le coeur t’en dit… C’est le principe d’une auberge espagnole à la bretonne. Tout le monde passe mais reste un peu. On y danse, on y chante, on y conte, on y joue…
– Comme dans un café de la place mais sans l’abreuvoir ?

– C’est ça mais comme les gens nous invite chez eux, lors de séminaires ou de vernissages ou pour marquer le coup, ils font ce qu’il faut. Nous, on se mêle aux invités, on balosse avec eux et puis, hop, on ouvre le cabaret…
– Et ?

– Et bien, comme des personnes bien élevées ; on se présente à notre façon et on fait la connaissance des gens au fur et à mesure. Je te l’ai dit tout à l’heure, ça huche, ça cause des richesses de chez nous autour du vêtement, des histoires aussi mais y en a souvent un dans l’assistance que ça inspire…
– Un champ de foire, je te dis…

– Nouna, on a tout préparé pour faire de la place à chacun. Nous, on appelle ça une rencontre. Les communicants causeraient d’ « interactivité suggérée », de « spectacle potentiellement participatif ». A la compagnie ASTOUR, on le vit comme un repas. Nous connaissons le menu sur le bout des doigts et on aménage le service pour laisser la place aux échanges. Faut voir comme les gens y mettre du leur !
– Tout le monde ?

– Comme dans un café ou à la buvette de Fest noz, tu peux refaire le monde dans ton coin mais tu suis d’un coin de l’oeil ou d’un bout d’oreille le bourdonnement collectif.
– Impeccable !